Ma peinture prétend concilier la présence de l’humain dans l’environnement, à l’ère des changements climatiques. Par un jeu de personnification, j’attribue des objets de connotation urbaine, symbolique et culturelle à des territoires nordiques vastes et inhabités. Cette adaptation de la notion de l’inanimé et du vivant pose un regard à la fois ironique et onirique sur l’utilisation, les pouvoirs, le sens que l’humain confère aux objets qu’il invente.

À partir de photos que je prends, d’images de livres ou d’internet, de proses que j’écris et de musique répétitive que j’écoute, j’assemble, transpose et dessine des espaces subjectifs. Utilisant à la fois des techniques de peintures du paysage et du dessin aux instruments, je poursuis une discussion avec les peintres du passé et les architectes d’aujourd’hui; de cette rencontre intentionnelle, où la figuration côtoie la géométrie, j’accorde à la beauté du trait et à la précision de la ligne la même importance qu’à celle de la forme et du geste peint. Ces façons minutieuses et obsessives dépeignent une certaine allégorie du paysage, celle de ma propre quête philosophique.

SV-2017